Une nouvelle version de l'état de l’Enseignement supérieur et de la Recherche en France est disponible, cliquez-ici pour la découvrir.
 
 
Couverture de l'état de l'Enseignement supérieur et de la Recherche

  This page is also available in english

Les données présentées dans cette fiche sont issues des enquêtes Génération 1998, 2004 et 2010. Les données ont été récoltées auprès des cohortes de sortants du système éducatif trois années après leur sortie. Les différentes enquêtes ont été rendues comparables et l’échantillon final est finalement constitué de 63 177 individus représentatifs de 1 028 000 jeunes sortis de l’enseignement supérieur, 359 000 en 1998, 323 500 en 2004 et 345 500 en 2010.

Accès rapide

Partager


 
 
 
 

Pour une meilleure expérience de ce site, prenez le temps de mettre votre navigateur à jour.
 

23 évolution de l'insertion à 3 ans des sortants de l'enseignement supérieur, de la Génération 1998 à la Génération 2010 Imprimer la page  Télécharger le pdf

  This page is also available in english

En 20 ans, le niveau de formation des jeunes entrant sur le marché du travail a fortement progressé. Mais, si la crise de 2008 a globalement dégradé les conditions d’accès au marché du travail, le diplôme conserve son caractère protecteur contre les risques de chômage

Entre 2001 et 2013, le taux de chômage des sortants de l’enseignement supérieur après trois années de vie active a doublé. Il s’établit à 13 % en 2013 (tableau 23.01). Cette croissance s’accompagne d’une baisse du taux d’emploi et d’une montée de l’inactivité, tirée par la hausse des reprises d’études. L’augmentation du taux de chômage est particulièrement forte pour la Génération 2010, qui subit les effets d’une conjoncture durablement dégradée par la crise de 2008. La part des emplois les plus qualifiés s’accroît (+ 6 points d'emploi cadre) tandis que la part des emplois stables se maintient, grâce à la hausse de l’emploi non salarié (tableau 23.02).

Les conditions d’accès des jeunes sortis sans diplôme de l'enseignement supérieur se dégradent fortement entre 2001 et 2013 : 23 % de ces jeunes actifs sont au chômage 3 ans après leur sortie du système éducatif contre 10 % en 2001. Comparativement aux jeunes sortis diplômés de l’enseignement supérieur, ils sont également les plus concernés par les reprises d’études, en proportion croissante (+ 13 points entre les Générations 1998 et 2010). De plus, les jeunes sortis sans diplôme qui occupent un emploi après trois années de vie active bénéficient des moins bonnes conditions d'insertion parmi l’ensemble des sortants. A l’exception de la rémunération, ces conditions se dégradent légèrement au fil des générations, en témoigne l’augmentation de la part des emplois occupés à temps partiel (+ 9 points).

Au niveau Bac + 2 (hors santé social), le taux de chômage à 3 ans a également très fortement progressé entre les trois générations (+ 9 points). En revanche, pour les jeunes en emploi, les conditions d’emploi ont relativement résisté. Par ailleurs, l’avantage des spécialités industrielles sur le marché du travail ne se dément pas d’une génération à l’autre. Les écarts observés entre spécialités industrielles et de service se sont même accrus entre 2001 et 2013, qu’il s’agisse du taux de chômage, de la part des emplois stables et de la part du temps partiel.

Avec la création des Licences professionnelles en 1999, la structure du niveau Bac + 3 s’est profondément modifiée entre les Générations 1998 et 2010, il en résulte une croissance du chômage plus modérée parmi les actifs à ce niveau de diplôme entre 2001 et 2013 (+ 4 points), en comparaison des autres niveaux. Sur cette période, les conditions d'emploi des détenteurs d'un Bac + 3 sont également plus favorables, notamment le taux d’emploi stable et la rémunération mensuelle. Cependant, l’augmentation du chômage accélère entre 2007 et 2013, en particulier pour les détenteurs d'une Licence professionnelle.

La structure du niveau Bac + 5 a également considérablement évolué entre la Génération 1998 et 2010, suite au passage au LMD. Les effets conjugués de la crise et de la croissance des effectifs diplômés à ce niveau participent de la forte augmentation du taux de chômage entre les Générations 2004 et 2010, notamment pour les diplômés de Bac + 5 universitaire dans les spécialités regroupées de sciences humaines et sociales et, les diplômés d’écoles de commerce. Si le niveau de qualification des emplois occupés est stable entre 2001 et 2013, la part des emplois stables décroît (- 5 points) à l’instar de la rémunération mensuelle médiane (- 210 euros).

Après trois années de vie active et malgré la crise de 2008, le taux de chômage des docteurs de la Génération 2010 atteint 5 %, il est inférieur à celui de la Génération 2004 (- 2 points). La part des emplois cadre des docteurs en situation d’emploi reste stable et élevée, et le niveau médian de leur rémunération ne faiblit pas et se situe désormais, pour la Génération 2010, nettement au-dessus de celui des diplômés Bac + 5. Néanmoins, la part des emplois stables, traditionnellement inférieure à celle des diplômés de Bac + 5 du fait de la singularité des carrières dans la recherche, a diminué de 8 points.

Entre les Générations 2001 et 2013, et après trois années de vie active, les différences de rémunération médiane selon le niveau de diplôme de l’enseignement supérieur s’estompent (graphique 23.03). Les diplômés de niveau Bac + 4 et surtout Bac + 5 ne bénéficient plus d’un écart de rémunération aussi élevé que par le passé, par rapport aux autres jeunes diplômés. On observe néanmoins une hausse du niveau de rémunération médian tous diplômes confondus entre 2001 et 2013, qui est imputable à un effet de structure, les effectifs de diplômés au niveau Bac + 5, étant proportionnellement plus nombreux.

Pour citer cet article :

MÉNARD Boris. Évolution de l'insertion à 3 ans des sortants de l'enseignement supérieur, de la Génération 1998 à la Génération 2010. In : État de l'Enseignement supérieur et de la Recherche en France - 49 indicateurs [en ligne]. KABLA-LANGLOIS Isabelle (dir.). Paris : Ministère de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, 2017 (10e éd.), fiche 23 [Consulté le 24/05/2019]. ISBN 978-2-11-152030-1. Disponible à l'adresse : https://publication.enseignementsup-recherche.gouv.fr/eesr/10/EESR10_ES_23-evolution_de_l_insertion_a_3_ans_des_sortants_de_l_enseignement_superieur_de_la_generation_1998_a_la_generation_2010.php?pk_campaign=dataESR&pk_source=link

fermer

Télécharger : Télécharger le pdf   Citer :   Partager :          

Les données présentées dans cette fiche sont issues des enquêtes Génération 1998, 2004 et 2010. Les données ont été récoltées auprès des cohortes de sortants du système éducatif trois années après leur sortie. Les différentes enquêtes ont été rendues comparables et l’échantillon final est finalement constitué de 63 177 individus représentatifs de 1 028 000 jeunes sortis de l’enseignement supérieur, 359 000 en 1998, 323 500 en 2004 et 345 500 en 2010.

 

23.01 Situation à 3 ans des jeunes sortis du système éducatif en 1998, 2004 et 2010 par type de diplôme (principaux indicateurs) (en %)

 
Génération 1998 Génération 2004 Génération 2010
Part en emploi (en %) Taux de chômage (en %) Part d'inactifs (en %) dont reprise d'études ou formation (en %) Part en emploi (en %) Taux de chômage (en %) Part d'inactifs (en %) dont reprise d'études ou formation (en %) Part en emploi (en %) Taux de chômage (en %) Part d'inactifs (en %) dont reprise d'études ou formation (en %)
Sortants sans diplôme de Licence 86 8,1 5 2 78 13,3 10 7 68 22,1 13 9
Sortants sans diplôme de BTS/DUT 72 11,9 8 3 62 17,9 24 20 56 23,7 26 21
Non diplômés de l'enseignement supérieur 78 10,2 7 3 69 15,8 18 14 61 23 21 16
DEUG 83 9 5 3 76 8,5 17 15
BTS/DUT industriel 92 4 3 1 90 6,2 4 3 82 11,9 7 5
BTS/DUT tertiaire 91 5,9 3 1 84 9,8 7 6 77 16,2 8 6
Bac + 2 90 5,6 3 1 85 8,4 7 6 79 14,6 8 6
Bac + 2 santé social 96 1,1 2 0 97 1,5 2 0 96 1,8 2 1
Licence profesionnelle 91 5,2 4 3 85 9,8 6 5
Bac + 3 Sciences 87 6,6 3 0 80 4,9 16 10 75 8,5 18 14
Bac + 3 Sciences humaines et sociales 83 8,5 5 3 72 12,9 17 13 68 15,3 20 16
Bac + 3 84 8,2 5 2 79 9,2 13 9 76 11,9 13 11
Bac + 4 85 9 4 1 82 10,8 8 5 79 13,3 9 7
Bac + 5 Sciences 92 5,3 2 0 89 6,7 4 3 85 9,5 6 3
Bac + 5 Sciences humaines et sociales 90 6,1 4 1 90 5,6 4 2 84 12,7 4 3
Ecole commerce 94 3,3 2 0 94 5 1 0 89 9,4 1 1
Ecole ingénieur 96 2,8 1 0 94 3,1 3 1 95 3,5 2 1
Bac + 5 université et écoles 93 4,5 2 0 91 5,1 4 2 87 9,7 4 2
Doctorat 94 3,7 2 0 90 7,3 3 1 93 5,1 2 1
Ensemble des sortants de l'enseignement supérieur 87 6,6 4 2 83 8,8 9 7 78 13 10 7

 

Vous pouvez intégrer ce tableau à votre site Web ou à votre blog en copiant ce code HTML et en le collant dans le code source de votre site Web/blog :

<iframe src="https://publication.enseignementsup-recherche.gouv.fr/eesr/10/illustration-EESR10_ES_23-0-situation_a_3_ans_des_jeunes_sortis_du_systeme_educatif_en_1998_2004_et_2010_par_type_de_diplome_principaux_indicateurs_en.php" width="500px" height="700px" frameborder="0" id="EESR10_ES_23-0" scrolling="auto"></iframe>

fermer

Télécharger :     Télécharger le PDF   Intégrer : <\>   Partager :            

23.02 Types de contrat de travail, niveau des emplois et part du temps partiel après trois années de vie par Génération et par type de diplôme (en %)

 
Génération 1998 Génération 2004 Génération 2010
Taux d'emplois à durée indéterminée (en %) 1 Part de cadres (en %) Part de professions intermédiaires (en %) 2 Part du temps partiel (en %) Taux d'emplois à durée indéterminée (en %) 1 Part de cadres (en %) Part de professions intermédiaires (en %) 2 Part du temps partiel (en %) Taux d'emplois à durée indéterminée (en %) 1 Part de cadres (en %) Part de professions intermédiaires (en %) 2 Part du temps partiel (en %)
Sortants sans diplôme de Licence 50 3 39 16 52 4 37 23 48 6 33 24
Sortants sans diplôme de BTS/DUT 64 3 32 9 65 4 35 11 62 6 31 18
Non diplômés de l'enseignement supérieur 56 3 36 13 58 4 36 17 54 6 32 22
DEUG 65 9 43 15 67 11 52 17 . . . .
BTS/DUT industriel 76 7 61 2 73 6 56 4 75 7 56 4
BTS/DUT tertiaire 75 8 46 6 73 8 47 10 69 13 42 14
Bac + 2 74 8 51 6 72 7 51 9 71 11 47 10
Bac + 2 santé social 75 1 98 9 83 0 98 11 83 1 97 10
Licence profesionnelle . . . . 82 14 68 3 77 16 61 5
Bac + 3 Sciences 79 23 58 8 68 16 66 16 73 20 58 15
Bac + 3 Sciences humaines et sociales 64 18 48 14 64 12 60 25 68 18 45 19
Bac + 3 66 19 50 13 71 13 64 16 73 17 54 12
Bac + 4 75 39 39 7 71 31 50 11 72 38 45 11
Bac + 5 Sciences 84 78 16 6 79 71 25 4 80 70 25 6
Bac + 5 Sciences humaines et sociales 78 62 27 9 77 59 31 9 73 60 28 10
Ecole commerce 93 78 19 2 94 66 27 2 94 67 26 2
Ecole ingénieur 94 91 7 1 91 87 11 2 93 88 10 1
Bac + 5 université et écoles 86 76 18 5 84 70 24 5 81 69 23 6
Doctorat 79 94 4 14 72 91 7 13 71 96 3 11
Ensemble des sortants de l'enseignement supérieur 72 26 42 8 73 24 47 11 72 32 40 11
 

1 CDI, fonctionnaires et non salariés.
2 Professions intermédiaires.

Vous pouvez intégrer ce tableau à votre site Web ou à votre blog en copiant ce code HTML et en le collant dans le code source de votre site Web/blog :

<iframe src="https://publication.enseignementsup-recherche.gouv.fr/eesr/10/illustration-EESR10_ES_23-1-types_de_contrat_de_travail_niveau_des_emplois_et_part_du_temps_partiel_apres_trois_annees_de_vie_par_generation_et_par_type_de_diplome_en.php" width="500px" height="700px" frameborder="0" id="EESR10_ES_23-1" scrolling="auto"></iframe>

fermer

Télécharger :     Télécharger le PDF   Intégrer : <\>   Partager :            

23.03 Rémunération médiane mensuelle 1 trois années après la sortie de l'enseignement supérieur (en euros constants juillet 2015)

Non diplômés de l'enseignement supérieur
 
Bac + 2 Santé Social
Bac + 4
Doctorat
 
 
Bac + 2
Bac + 3
Bac + 5 université et écoles
 
Ensemble de l'enseignement supérieur
  
Génération 1998
Génération 2004
Génération 2010
 
 

1 Rémunération mensuelle nette médiane en euros constants (juillet 2015) (primes incluses, emploi salarié, y compris temps partiel).

Vous pouvez intégrer ce graphique à votre site Web ou à votre blog en copiant ce code HTML et en le collant dans le code source de votre site Web/blog :

<iframe src="https://publication.enseignementsup-recherche.gouv.fr/eesr/10/illustration-EESR10_ES_23-2-remuneration_mediane_mensuelle_1_trois_annees_apres_la_sortie_de_l_enseignement_superieur_en_euros_constants_juillet_2015.php" width="500px" height="700px" frameborder="0" id="EESR10_ES_23-2" scrolling="auto"></iframe>

fermer

Télécharger :     Télécharger le PDF   Intégrer : <\>   Partager :            

Publications statistiques connexes

Bref 349 - A qui profitent les aides à l'insertion de l'université ? - Philippe Lemistre, Boris Ménard - Décembre 2016
Plus des deux tiers des diplômés de licence et master sortis de formation en 2010 ont bénéficié des aides à l’insertion proposées par les universités et globalement plus de 80?% d’entre eux les ont trouvées utiles. À l’issue d’une licence générale ou d’un master, les étudiants ayant bénéficié d’un tel dispositif présentent une meilleure insertion que les autres. Les jeunes dont les deux parents ne sont pas diplômés du supérieur accèdent ou recourent moins aux aides et débouchent sur de plus faibles niveaux d’emploi.
Bref 340 - Les jeunes diplômés de bac+5 s’estiment-ils compétents pour occuper leurs emplois ? - Julien Calmand, Jean-François Giret, Philippe Lemistre, Boris Ménard - Novembre 2015
Les formations professionnelles de niveau bac+5 sont supposées répondre à des besoins spécifiques en compétences dans un domaine d’emploi donné. Au regard de ce qu’ils estiment être demandé par leurs employeurs, les jeunes diplômés considèrent avoir acquis ces compétences spécifiques. Selon eux, le déficit se situe au niveau des compétences générales. De quoi interroger la tendance à la professionnalisation des formations universitaires ?
Notes emploi-formation Notes emploi-formation 52 - Faire des études supérieures… Et après ? - Julien Calmand, Boris Ménard, Virginie Mora - Septembre 2015
Que sont devenus les 369 000 jeunes sortis de l’enseignement supérieur en 2010, avec ou sans diplôme ?

Pour y répondre, le Céreq a analysé les trois premières années de vie active de ces jeunes de la Génération 2010, interrogés en 2013. Portrait de la génération, socialisation professionnelle, panorama détaillé des conditions d’insertion, évolution des emplois occupés et comparaison entre deux générations (2004 et 2010), telles sont les grandes thématiques de cette nouvelle édition.

Elle présente de façon détaillée les trajectoires des jeunes sortants de l’enseignement supérieur en 2010, avec ou sans diplôme. Elle apporte un éclairage original sur la transition des études supérieures à l’emploi.

Autres éditions

Etat de l'enseignement supérieur et de la rechercheL'état de l'Enseignement supérieur et de la Recherche en France n°9 - Juin 2016
24 - les cinq premières années de vie active des jeunes sortants de l’enseignement supérieur en 2010 - Boris Ménard
Le taux de chômage des jeunes sortis de l’enseignement supérieur en 2010 s’élève à 9 % en 2015, en baisse de 4 points par rapport à 2013. Mais le contexte de crise marque cette Génération 2010 dont les conditions d’insertion sont moins favorables que celles connues par ses prédécesseurs de la Génération 2004. Dans le même temps, leurs conditions dans l’emploi se sont peu améliorées [Consult the following page]
Etat de l'enseignement supérieur et de la rechercheL'état de l'Enseignement supérieur et de la Recherche en France n°8 - juin 2015
22 - le début de carrière des jeunes sortant de l'enseignement supérieur - Boris Ménard
Près de 25 % des jeunes sortis sans diplôme en 2010 de l’enseignement supérieur sont au chômage en 2013 contre 13 % pour l’ensemble des sortants. À même niveau de diplôme, les diplômés de la voie professionnelle bénéficient toujours de meilleures conditions d’insertion sur le marché du travail [Consult the following page]
Etat de l'enseignement supérieur et de la rechercheL'état de l'Enseignement supérieur et de la Recherche en France n°7 - avril 2014
22 - le début de carrière des jeunes sortant de l'enseignement supérieur - Julien Calmand
En 2011, 5 % des jeunes sortis de l’enseignement supérieur en 2004 sont au chômage alors que le taux de chômage des jeunes sortis du système éducatif en 2004 atteint 11 % en 2011. Mais, au sein de l’enseignement supérieur, les conditions d’insertion sur le marché du travail restent hétérogènes : avantage aux diplômés des écoles de commerce et d’ingénieurs et aux titulaires de diplômes universitaires à visée professionnelle [Consult the following page]
Etat de l'enseignement supérieur et de la rechercheL'état de l'Enseignement supérieur et de la Recherche en France n°6 - février 2013
23 - le début de carrière des jeunes sortant de l'enseignement supérieur - Julien Calmand
En 2011, 5 % des jeunes sortis de l’enseignement supérieur en 2004 sont au chômage alors que le taux de chômage des jeunes sortis du système éducatif en 2004 atteints 11 % en 2011. Mais, au sein de l’enseignement supérieur, les conditions d’insertion sur le marché du travail restent hétérogènes : avantage aux diplômés des écoles de commerce et d’ingénieurs et aux titulaires de diplômes universitaires à visée professionnelle [Consult the following page]

Traduction

 Etat de l'enseignement supérieur et de la rechercheHigher education & research in France, facts and figures 10th edition - June 2017
23 - evolution of the first 3 years' career experience of young people from Génération 1998 to Génération 2010 - Boris Ménard
There has been a significant increase in the education level of young people entering the labour market in twenty years. But despite the overall downturn in access conditions to the labour market caused by the 2008 crisis, a qualification continues to provide protection from the risks of unemployment [Consult the following page in english]


Accès rapide

Partager