État de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation en France n°13
 
17

la santé des étudiants

Les étudiants s’estiment très majoritairement en bonne santé. Toutefois, un sur 5 présente des risques de fragilité psychologique et 8 % développent des idéations suicidaires. En ce qui concerne les pratiques alimentaires, la moitié des étudiants déclarent sauter des repas durant une semaine normale de cours, avant tout par manque de temps ou du fait d’horaires irréguliers. En matière de sexualité, les trois-quarts des étudiants ont déjà eu un rapport sexuel et 9 % ont eu un premier rapport sexuel « accepté mais pas vraiment souhaité ».
 
 
Les étudiants ont majoritairement une perception assez positive de leur état de santé général : 73 % se déclarent en bonne ou très bonne santé. Pour autant, les étudiants ne sont pas épargnés par les risques de fragilité psychologique. Ainsi, 20 % des étudiants ont présenté les signes d’une détresse psychologique dans les quatre semaines qui ont précédé l’enquête (tableau 17.01). De plus, on retrouve les critères cliniques d’un épisode dépressif majeur chez 15 % des étudiants et 5 % sont concernés par des épisodes dépressifs majeurs d’intensité plus sévère, contre respectivement 8 % et 3 % en population générale. Les risques de présence d’épisodes dépressifs majeurs sont plus élevés chez les étudiantes que chez les étudiants et chez les étudiants en première et quatrième année d’études par rapport aux autres années.

Au cours des 12 mois qui précèdent l’enquête, 8 % des étudiants déclarent avoir pensé à se suicider et 4 % déclarent avoir déjà fait une tentative de suicide au cours de leur vie (tableau 17.02), contre respectivement 3 % et 5 % de l’ensemble des 15‑30 ans. En ce qui concerne les motifs des idéations suicidaires, les difficultés liées à la scolarité ou aux études arrivent en deuxième position (50 % des étudiants ayant eu des pensées suicidaires), derrière les difficultés liées la vie sentimentale (53 %). Si les difficultés liées à la vie familiale et à la vie sentimentale sont également fortement invoquées lors des tentatives de suicide (55 % et 52 %), le passage à l’acte pour des raisons de difficultés liées à la scolarité est lui moins important (28 %).

En ce qui concerne les pratiques alimentaires, près de la moitié des étudiants déclarent avoir sauté des repas durant une semaine normale de cours (tableau 17.03). La principale raison, invoquée par 71 % des étudiants concernés, est le manque de temps ou des horaires irréguliers tandis que les raisons financières sont invoquées par un étudiant sur six concerné (16 %). Cependant, 13 % des étudiants déclarent ne pas manger à leur faim, d’abord par manque de temps (37 %) mais presque autant par manque d’argent (32 %). Parallèlement, une part des étudiants présente certains signes indicateurs de troubles alimentaires : 8 % des étudiants indiquent avoir été régulièrement concernés par le fait de « manger énormément en ayant de la peine à s’arrêter » et 4 % par le fait de « regretter de commencer à manger de peur de ne pas pouvoir s’arrêter ». Ces troubles concernent plus souvent les étudiantes que les étudiants.

En matière de sexualité, on note que 75 % des étudiants ont déjà eu au moins un rapport sexuel (53 % avant 19 ans) (tableau 17.04). La proportion de premiers rapports « acceptés mais pas vraiment souhaités » est deux fois plus élevée chez les étudiantes que chez les étudiants (12 % contre 6 %). Près de 97 % des étudiants ayant eu des rapports sexuels déclarent avoir utilisé des moyens de contraception. Le recours à la pilule est le plus fréquent (50 %) suivi du préservatif (35 %).

Enfin, en ce qui concerne les consultations médicales, 17 % des étudiants n’ont pas consulté de médecin généraliste au cours des 12 derniers mois et 49 % n’ont pas consulté de dentiste. Enfin, 57 % des étudiantes n’ont pas consulté de gynécologue (tableau 17.05). Parmi ceux qui ont consulté, le recours au dentiste, à l’ophtalmologiste et au gynécologue apparaissent majoritairement à visée préventive alors que le recours au médecin généraliste et aux autres spécialistes est davantage curatif.
 
 
L’enquête sur la santé des étudiants de l’Observatoire national de la vie étudiante (OVE) a été réalisée au printemps 2016. Un étudiant sur 15 en moyenne a été invité, par courrier, à répondre à un questionnaire sur internet. Près de 19 000 étudiants y ont participé.

Pour garantir une meilleure représentativité, les données brutes sont pondérées en référence aux données centralisées par les services statistiques des ministères de tutelle sur les inscriptions effectives dans les établissements.

Les enquêtés représentent ainsi les 1 563 000 étudiants inscrits au cours de l’année universitaire 2015‑16 à l’université.


OVE, Enquête sur la santé des étudiants 2016


 
17.01
 
Détresse psychologique Épisode dépressif majeur Épisode dépressif majeur d'intensité sévère
Homme 13 11 3
Femme 25 17 6
Ensemble 20 15 5
 
20 % des étudiants ont présenté les signes d’une détresse psychologique dans les quatre semaines qui ont précédé l’enquête.
Source OVE, Enquête sur la santé des étudiants 2016

Vous pouvez intégrer ce tableau à votre site Web ou à votre blog en copiant ce code HTML et en le collant dans le code source de votre site Web/blog :

<iframe src="https://publication.enseignementsup-recherche.gouv.fr/eesr/FR/EESR13_ES_17/IFR/ILL_01/" width="98%" min-width="500px" height="600px" frameborder="0" scrolling="auto"></iframe>

Au besoin, corrigez les paramètres width (largeur) et height (heuteur) pour adapter l'illustration à la configuration de votre page.

17.02
 
Au cours des douze derniers mois Au cours de la vie
A pensé à se suicider Idéation suicidaire en rapport avec la vie sentimentale Idéation suicidaire en rapport avec la vie sentimentale Idéation suicidaire en rapport avec la vie sentimentale A fait une tentative de suicide
Homme 9 58 50 32 5
Femmes 8 49 50 43 4
Ensemble 8 53 50 38 4

 
Source OVE, Enquête sur la santé des étudiants 2016

Vous pouvez intégrer ce tableau à votre site Web ou à votre blog en copiant ce code HTML et en le collant dans le code source de votre site Web/blog :

<iframe src="https://publication.enseignementsup-recherche.gouv.fr/eesr/FR/EESR13_ES_17/IFR/ILL_02/" width="98%" min-width="500px" height="600px" frameborder="0" scrolling="auto"></iframe>

Au besoin, corrigez les paramètres width (largeur) et height (heuteur) pour adapter l'illustration à la configuration de votre page.

17.03
 
Homme Femme Ensemble
A sauté des repas durant une semaine normale de cours 48 47 48
Par manque de temps ou des horaires irréguliers 71 72 71
Pour des raisons financières 18 14 16
A l'impression de ne pas manger à sa faim 14 13 13
Par manque de temps 33 40 37
Pour des raisons financières 38 27 32
Manger énormément en ayant de la peine à s’arrêter  6 10 8
Regretter de commencer à manger de peur de ne pas pouvoir s’arrêter  1 7 4
 
48 % des étudiants ont sauté des repas durant une semaine normale de cours.
Source OVE, Enquête sur la santé des étudiants 2016

Vous pouvez intégrer ce tableau à votre site Web ou à votre blog en copiant ce code HTML et en le collant dans le code source de votre site Web/blog :

<iframe src="https://publication.enseignementsup-recherche.gouv.fr/eesr/FR/EESR13_ES_17/IFR/ILL_03/" width="98%" min-width="500px" height="600px" frameborder="0" scrolling="auto"></iframe>

Au besoin, corrigez les paramètres width (largeur) et height (heuteur) pour adapter l'illustration à la configuration de votre page.

17.04
 
A déjà eu des rapports sexuels Âge moyen au premier rapport 1er rapport accepté mais non vraiment souhaité
Homme 75 17,4 6
Femmes 75 17,5 12
Ensemble 75 17,4 9

 
Source OVE, Enquête sur la santé des étudiants 2016

Vous pouvez intégrer ce tableau à votre site Web ou à votre blog en copiant ce code HTML et en le collant dans le code source de votre site Web/blog :

<iframe src="https://publication.enseignementsup-recherche.gouv.fr/eesr/FR/EESR13_ES_17/IFR/ILL_04/" width="98%" min-width="500px" height="600px" frameborder="0" scrolling="auto"></iframe>

Au besoin, corrigez les paramètres width (largeur) et height (heuteur) pour adapter l'illustration à la configuration de votre page.

17.05
 
Consultation au cours des 12 derniers mois Motif de la consultation
Prévention exclusivement Soin/suivi exclusivement Prévention et soin/suivi Ne sait pas Total
Médecine générale 83 25 67 4 3 100
Dentiste 51 59 34 2 5 100
Ophtalmologiste 34 49 38 3 10 100
Gynécologue 1 43 52 38 6 4 100
Autre spécialiste 40 17 51 2 30 100
 
1 Question posée uniquement aux femmes.
Source OVE, Enquête sur la santé des étudiants 2016

Vous pouvez intégrer ce tableau à votre site Web ou à votre blog en copiant ce code HTML et en le collant dans le code source de votre site Web/blog :

<iframe src="https://publication.enseignementsup-recherche.gouv.fr/eesr/FR/EESR13_ES_17/IFR/ILL_05/" width="98%" min-width="500px" height="600px" frameborder="0" scrolling="auto"></iframe>

Au besoin, corrigez les paramètres width (largeur) et height (heuteur) pour adapter l'illustration à la configuration de votre page.

Ministère de l'Enseignement supérieur, de la recherche et de l'Innovation