02

la dépense pour l’enseignement supérieur dans les pays de l’OCDE

En 2014, la dépense par étudiant en France est proche de la moyenne des pays de l’OCDE. Elle suit depuis cinq ans une légère tendance à la baisse. L’effort national consacré à l’enseignement supérieur représente 1,5 % du produit intérieur brut, soit un niveau proche de la moyenne.
 
 
Les comparaisons internationales des dépenses d’éducation sont délicates du fait de la diversité démographique et socio-économique des différents pays et de la spécificité des systèmes éducatifs nationaux. Dans l’enseignement supérieur, cette difficulté est renforcée par la grande hétérogénéité des dispositifs éducatifs à ce niveau d’enseignement. On peut cependant apprécier la situation de la France au regard de quelques indicateurs généraux.

La part de la dépense d’éducation en pourcentage du Produit Intérieur Brut (PIB) est l’indicateur qui permet d’évaluer de la façon la plus globale l’effort concrètement effectué par l’ensemble des financeurs en faveur des systèmes éducatifs nationaux (graphique 02.01). Avec 1,5 % du PIB consacré en 2014 à l’enseignement supérieur, la France est dans la moyenne des pays de l’OCDE (1,5 %). Elle devance des pays européens comme l’Espagne (1,3 %), l’Allemagne (1,2 %) ou l’Italie (1,0%) mais est distancée par le Royaume-Uni (1,8%), la Finlande (1,8 %) et les Pays-Bas (1,7 %). Trois pays réalisent un effort financier pour l’enseignement supérieur très au-dessus de la moyenne : les États-Unis (2,7 %), le Canada (2,6 %) et la Corée du Sud (2,3 %).

Si on compare maintenant les montants des dépenses annuelles par étudiant de l’enseignement supérieur effectuées dans les différents pays (graphique 02.02), on observe une modification de la hiérarchie des pays par rapport à l’indicateur précédent. En 2014, les États-Unis (29 328 $PPA) se détachent nettement par le niveau élevé de leur dépense, suivis du Royaume-Uni, de la Suède, du Canada, et de la Norvège qui dépensent plus de 20 000 $PPA par étudiant. La France dépense 16 422 $PPA par étudiant, soit légèrement plus que la moyenne des pays de l’OCDE (16 143 $PPA). Sa dépense est supérieure à celle de l’Espagne ou de l’Italie, mais inférieure à celle de l’Allemagne ou du Japon.

Pour l’ensemble des pays de l’OCDE, la dépense moyenne par étudiant progresse de 6 % entre 2010 et 2014 (graphique 02.03). En France, sur la même période, elle est en légère baisse, les dépenses d’éducation évoluant à un rythme légèrement inférieur à celui des effectifs. La plus forte progression est observée en Australie (+ 13 %) où l’accroissement important des effectifs s’accompagne d’une augmentation encore plus conséquente de la dépense d’éducation. À l’inverse, entre 2010 et 2014, la dépense moyenne par étudiant diminue fortement au Danemark (- 26 %) et en Irlande (- 24 %) : les effectifs progressent nettement plus vite que la dépense dans ces deux pays.

Dans l’enseignement supérieur de la zone OCDE, la part relative des financements d’origine publique (Etat, collectivités locales et autres administrations publiques) est supérieure à celle d’origine privée (ménages et autres financeurs privés tels que les entreprises) : respectivement en moyenne de 69,9 % contre 30,1 %. (graphique 02.04). Les pays scandinaves et la Belgique affichent un financement des établissements d’enseignement supérieur quasiment exclusivement public (supérieur ou égal à 90 %). À l’opposé, pour le Royaume-Uni, le Japon, la Corée du Sud, les Etats-Unis, l’Australie et le Canada, le financement est majoritairement d’origine privée. La France, avec un financement public à hauteur de 78,6 %, se situe bien au-dessus de la moyenne des pays de l’OCDE (+ 8,7 points).
 
 
L'indicateur de dépense pour l’enseignement supérieur, publié par l'OCDE est légèrement différent de l'indicateur de dépense intérieure d'éducation utilisé en France dans le compte satellite de l'éducation. L'indicateur de l'OCDE retrace « la dépense d'éducation au titre des établissements d'enseignement ». Ainsi – à la différence de l'indicateur de dépense intérieure d'éducation (cf. fiche 01) – il ne comprend pas les dépenses d’éducation effectuées par les ménages en dehors des établissements (livres, fournitures, leçons particulières, habillement…), même si ces dépenses privées portant sur les biens et services liés à l'éducation et/ou de subsistance sont subventionnées par des aides publiques.

En outre, pour l’activité d’enseignement supérieur, l’OCDE prend en compte un périmètre de recherche plus large que celui retenu par le compte de l’éducation puisqu’il inclut toutes les dépenses de recherche liées à l’enseignement supérieur telles qu’elles sont calculées pour la Direction de la science, de la technologie et de l’industrie de l’OCDE, c’est-à-dire y compris les organismes de recherche comme le CNRS ou l’INSERM.

Cet indicateur est présenté en $PPA (équivalents-dollars des États-Unis) convertis en utilisant les parités de pouvoir d’achat pour le PIB qui sont des taux de conversion monétaire permettant d’exprimer dans une unité commune les pouvoirs d’achat des différentes monnaies.

Dans le cadre de la collecte internationale de données sur les dépenses 2014, les pays de l’OCDE ont travaillé à une prise en compte plus harmonieuse des prêts étudiants. Pour la France, les résultats ne sont pas affectés par les modifications méthodologiques apportées mais pour certains pays, dont le Royaume-Uni, l’impact sur les parts des financements publics/privés est important.


OCDE, Regards sur l'éducation 2017


 
Dépense intérieure d'éducation consacrée à l'enseignement supérieur rapportée au PIB
1,5 %
 
2014
France entière
 
Voir :       Partager :    
Vous pouvez intégrer cette tuile à votre site Web ou à votre blog en copiant ce code HTML et en le collant dans le code source de votre site Web/blog :
<iframe src='https://publication.enseignementsup-recherche.gouv.fr/eesr/FR/CC/EESR11_ES_02/3341/' width='100%' height='155 px' frameborder='0' id='GC3341' scrolling='no' style='min-width:240px; max-width:490px'></iframe>
Extrait de la fiche "02. la dépense pour l’enseignement supérieur dans les pays de l’OCDE".

Source : OCDE, Regards sur l'éducation 2016

02.01
US
 
KR
GB
NL
SE
OCDE
FR
ES
IE
 
 
CA
AU
FI
DK
NO
JP
BE
DE
 
IT
 
Source OCDE, Regards sur l'éducation 2017

Vous pouvez intégrer ce graphique à votre site Web ou à votre blog en copiant ce code HTML et en le collant dans le code source de votre site Web/blog :

<iframe src="https://publication.enseignementsup-recherche.gouv.fr/eesr/FR/EESR11_ES_02/IFR/ILL_01/" width="98%" min-width="500px" height="600px" frameborder="0" scrolling="auto"></iframe>

Au besoin, corrigez les paramètres width (largeur) et height (heuteur) pour adapter l'illustration à la configuration de votre page.

         
02.02
US
 
SE
NO
AU
FI
BE
FR
IE
IT
 
 
GB
CA 1
NL
JP
DE
DK
OCDE
ES
 
KR
 
1 Etablissements publics uniquement.
Source OCDE, Regards sur l'éducation 2017

Vous pouvez intégrer ce graphique à votre site Web ou à votre blog en copiant ce code HTML et en le collant dans le code source de votre site Web/blog :

<iframe src="https://publication.enseignementsup-recherche.gouv.fr/eesr/FR/EESR11_ES_02/IFR/ILL_02/" width="98%" min-width="500px" height="600px" frameborder="0" scrolling="auto"></iframe>

Au besoin, corrigez les paramètres width (largeur) et height (heuteur) pour adapter l'illustration à la configuration de votre page.

         
02.03
AU
 
US
KR
IT
NO
BE
CA 1
ES
 
DK
 
SE
OCDE
JP
NL
FR
FI
DE
IE
 
 
Royaume-Uni : données non disponibles.
1 Établissements publics uniquement
Source OCDE, Regards sur l'éducation 2017

Vous pouvez intégrer ce graphique à votre site Web ou à votre blog en copiant ce code HTML et en le collant dans le code source de votre site Web/blog :

<iframe src="https://publication.enseignementsup-recherche.gouv.fr/eesr/FR/EESR11_ES_02/IFR/ILL_03/" width="98%" min-width="500px" height="600px" frameborder="0" scrolling="auto"></iframe>

Au besoin, corrigez les paramètres width (largeur) et height (heuteur) pour adapter l'illustration à la configuration de votre page.

         
02.04
FI
 
DK
BE
FR
OCDE
ES
CA
US
JP
 
 
NO
SE
DE
IE
NL
IT
AU
KR
 
GB
Financement public
Financement privé
 
1 Financement final : financement après prise en compte des transferts existant entre les différents agents économiques.
Les subventions publiques aux ménages sont donc comptabilisées dans la dépense des ménages et retranchées de celle des agents publics qui leur ont versé ces subventions.
Source OCDE, Regards sur l'éducation 2017

Vous pouvez intégrer ce graphique à votre site Web ou à votre blog en copiant ce code HTML et en le collant dans le code source de votre site Web/blog :

<iframe src="https://publication.enseignementsup-recherche.gouv.fr/eesr/FR/EESR11_ES_02/IFR/ILL_04/" width="98%" min-width="500px" height="600px" frameborder="0" scrolling="auto"></iframe>

Au besoin, corrigez les paramètres width (largeur) et height (heuteur) pour adapter l'illustration à la configuration de votre page.

         
Ministère de l'Enseignement supérieur, de la recherche et de l'Innovation