Statistical publications of Estelle Dhont-Peltrault (SITTAR)


Higher education, research & innovation in France, facts and figures
SITTAR C1,SITTAR,SIES A2.4,SIES A2.2,SIES A2.1,OVE,OST du HCERES,Insee DETET,ERASMUS+,ENSAI,DISTRD,DGRH C1-1,DGRH A1-1,DGESIP A2,DEPP B1,DEPP A3,DEPP A1,DEEVA,DAEI B2
Higher Education, Research & Innovation, Facts and Figures presents an annual overview, backed up by figures, of developments within the French system, its resources and outcomes. Wherever the data permit, an international comparison is provided. A double page is devoted to each of the 52 themes, including a summary of the latest available data along with graphs, tables and comments.
NR 06.02 - L'externalisation de la R&D : quel arbitrage entre sous-traitance et coopération ?
SITTAR,SIES A2.1
Parmi les entreprises externalisant leur recherche, deux tiers ont au moins une relation de coopération ou de sous-traitance en recherche et développement. Les stratégies de coopération sont les plus répandues ; la sous-traitance concerne plutôt les domaines de l'approvisionnement, de la production et de la distribution. La coopération ou la sous-traitance permettent l'accès aux compétences et moyens techniques nécessaires à la création de nouveaux produits ou procédés. L'externalisation de la R&D concerne surtout les entreprises à dépenses de R&D élevées et dans les secteurs de haute technologie. L'appel à des partenaires extérieurs relève du manque de compétences internes dans le domaine de la R&D. Les partenaires sont d'abord choisis pour leurs moyens techniques, les critères de marché s'appliquant plus fréquemment aux sous-traitants. Les relations de sous-traitance sont donc plus sensibles aux prix, aux certifications de qualité et à la proximité géographique. En revanche, les relations coopératives s'établissent plutôt avec des partenaires publics ou étrangers. Qu'il s'agisse de sous-traitance ou de coopération, les relations externes ont pour but la réalisation de nouveaux produits et débouchent rarement sur le dépôt de brevet ou de publication scientifique. Les relations de sous-traitance sont plutôt asymétriques et de plus courte durée.
NR 06.01 - Les configurations régionales des activités de recherche et développement en 2003
SITTAR
La forte concentration de la recherche (comme par exemple en Ile-de-France) conduit à réduire la place des autres régions. En effet, au total, les quatre premières régions (Ile-de-France, PACA, Rhône-Alpes et Midi-Pyrénées) représentent à elles seules près de 70 % de la recherche exécutée en France. Toutefois, une analyse plus approfondie des indicateurs permet de rendre compte de régions aux poids économiques relativement faibles mais où les efforts en matière de recherche et développement sont importants. Quatre groupes de régions apparaissent ; les régions à fort potentiel de recherche où l'activité de recherche est réalisée dans des secteurs de haute technologie. Le 2ème groupe où la recherche est exécutée par le secteur privé et la recherche publique menée par les Universités : ce sont les régions de Picardie, Haute-Normandie, Franche-Comté, Limousin et Champagne-Ardenne. Le 3ème groupe est constitué de régions spécialisées dans l'agro-alimentaire et les secteurs primaires ; en font partie la Basse-Normandie, le Nord-Pas-de-Calais, les Pays de Loire, la Bretagne. Le 4ème groupe est constitué de régions intermédiaires comme le Centre, la Bourgogne ou l'Alsace, par exemple, marquées comme faibles en recherche et développement avec une recherche publique réalisée par des établissements publics à caractère scientifique et technologique ( EPST). L'Auvergne constitue à elle seule un groupe à part marqué par la recherche industrielle dans le caoutchouc. Cette typologie des régions en matière de recherche et développement est relativement stable, hormis l'Aquitaine qui rejoint le groupe 3 en raison d'une forte augmentation de la part des EPIC dans sa recherche publique.
NR 05.01 - Les relations interentreprises en R&D
SITTAR
Si l'innovation est un facteur clef de la compétitivité économique, il est nécessaire de transférer et d'absorber des connaissances pour innover. La moitié des entreprises ont au moins une relation de coopération dans le domaine de la recherche et développement (R&D) et de l'innovation. Ces coopérations représentent un peu plus du quart de leur budget de R&D. La propension à coopérer augmente avec l'intensité de la R&D et l'intensité technologique, et celle-ci est plus fréquente dans les entreprises manufacturières de haute technologie et dans les entreprises de services en R&D. Les entreprises de petite taille ont une forte propension à coopérer et ceci tient au fait que le poids des entreprises de services est très important parmi elles. Plus des deux tiers des coopérations en R&D mises en place par des entreprises appartenant à un groupe se font avec des partenaires extérieurs au groupe et localisées dans une autre région de France. Ces coopérations hors groupe sont principalement motivées par l'acquisition et la création de ressources nouvelles. Lorsque la relation la plus stratégique est une relation hors groupe, pour 27% des entreprises, le partenaire est un laboratoire public ou universitaire de recherche. Les relations intra-groupes se distinguent par le fait qu'elles revêtent un caractère plus informel, qu'elles sont de long terme et imposées par le groupe.
French Ministry of Higher education, and Research and Innovation