Statistical publications on the subject of research and innovation in France


129 statistical publications



NF SIES 14 - L'emploi scientifique dans les organismes de recherche en 2016
Entre 2015 et 2016, les effectifs de chercheurs reculent de -1,3% dans les E.P.S.T., progressent de +0,4% dans les principaux EPIC et de +1,8% dans les principaux Instituts à but non lucratif. Dans leur ensemble, les organismes de recherche préservent l’effectif des chercheurs (+0,6%). La part des emplois non-permanents parmi les chercheurs des E.P.S.T. recule de nouveau pour revenir à son niveau de 2010, à 19%. Les organismes continuent de recruter davantage de chercheurs permanents dans les Sciences de l'ingénieur et les Mathématiques que dans l'ensemble des disciplines.
L'état de l'emploi scientifique en France -Édition 2016
SIES A2.2,SIES A2.1,SIES,MES,DGRH A1-1,DEEVA
L’État de l’emploi scientifique 2016 correspond à une publication statistique biennale. Elle rassemble des études et statistiques permettant d'éclairer les différents domaines d'activité des personnels qui relèvent de l'emploi scientifique en France. Il couvre à la fois la recherche menée dans les organismes et les établissements d'enseignement supérieur et celle réalisée en entreprise.

La nouvelle édition 2016 permet de mieux connaître la recherche menée dans les organismes et les établissements d'enseignement supérieur et celle réalisée en entreprise. En effet, le rapport 2016 intègre une approche de l'emploi scientifique par grands champs disciplinaires avec une consolidation ou une mise en cohérence des données portant sur les établissements d'enseignement supérieur, les organismes de recherche (EPST/EPIC) et les entreprises.

Les données statistiques sont présentées selon des périmètres, conventions et unités communs, conformément aux conventions internationales édictées par le manuel de Frascati, dans les limites de la disponibilité des données.

En outre, au-delà de la seule observation statistique, la publication intègre une dimension prospective, qu'il s'agisse du vivier des chercheurs (doctorants) ou des projections de départs en retraite.
NI DEPP 14.35 - Les concours externes de personnels ingénieurs, administratifs, techniques, sociaux et de santé : des recrutements en baisse entre 2003 et 2013
DEPP A2
Depuis une dizaine d’années, le ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche propose chaque année entre 2 000 et 3 000 postes de personnels administratifs, sociaux et de santé (ASS) ainsi que d’ingénieurs et de personnels techniques de recherche et de formation (ITRF), accessibles par concours externes. L’offre de postes diminue depuis la fin des années 2000 et atteint son minimum en 2013. Un poste offert correspond à plus de deux départs à la retraite dans la filière ASS, et à un peu moins de deux dans la filière ITRF en 2013.

Tous ces postes ne sont pas pourvus, et l’ampleur des pénuries est très différente selon les filières.

La filière administrative est épargnée par la crise du recrutement, contrairement à la filière médico-sociale : un tiers des postes au concours de médecin et 13 % à celui d’infi rmier ne sont pas pourvus en 2013. Les corps de catégorie A de la fi lière ITRF sont également parmi les plus défi citaires, de l’ordre de 13 à 16 % en 2013. Dans le même temps, les taux de candidature sont très variables. Globalement, ils deviennent plus favorables aux candidats, principalement dans les filières administratives (29 candidats présents pour un poste en 2013 contre 37 en 2003) et ITRF (24 contre 30). Dans la fi lière médico-sociale, un faible taux de candidature peut expliquer en partie les pénuries.
Higher education & research in France, facts and figures
SIES A2.4,SIES A2.2,SIES A2.1,SETTAR,OVE,OST du HCRES,DGRH A1-1,DGESIP C,DEPP B1,DEPP A3,DEPP A2,DEPP A1,DEEVA
The 6th edition of Higher Education and Research, Facts and Figures provides an annual overview, backed up by figures, of the French higher education and research system, with its changes, resources and outcomes. These data are provided by the statistical departments of various Ministries, for example the Ministry of Higher Education and Research, the Ministry of Education and the Ministries for the Economy and Finance, but also from other organisations such as the Centre for Study and Research in Training and Education Policy, the National Observatory of Student Life, the French National Institute of Statistics and Economic Studies, the Science and Technology Observatory, and the OECD.
Funding of research and technology transfer by territorial authorities
SIES A2.2
Research and technology transfer (R&T) are acknowledged as necessary for economic development. Territorial authorities, in particular the regions, make a significant contribution to creating and expanding an environment that fosters innovation, even though research funding by the different territorial levels remains fairly modest overall (7% of public funding) compared with government expenditure in this area (see Box, page 11). Budget expenditure on R&T is mainly related to spatial planning policy through State-region project contracts (Contrats de projet Etat-régions - CPER)). It is also included in competitiveness cluster policy and the set-up of higher education and research clusters (Pôles de recherche et d’enseignement supérieur - PRES) and more recently in the "Investments for the Future" programme (Progamme Investissements d’avenir" - PIA). However, these are not the only form of local action devoted to R&T. Through regional innovation or economic development strategies, the regions define subject-specific or organisational priority areas for which they are particularly keen to provide support. In this way, territorial authorities are directly involved in funding public or private research projects, training through research, as well as laboratories and technology transfer structures (technology platforms, incubators). These economic development actions extend beyond the scope of skills transfer required by the decentralisation laws. Since 2003, budgets allocated or spent by territorial authorities in support of research can be measured by the annual survey on R&T budgets.
The state of Higher education and Research in France
SIES A2.4,SIES A2.2,SIES A2.1,SETTAR C1,SETTAR,OVE,OST du HCRES,DGRH A1-1,DGESIP,DEPP B1,DEPP A3,DEPP A2,DEPP A1,Céreq
Higher Education and Research, Facts and Figures 2010 provides an annual overview, backed up by figures, of the French higher education and research system, in order to show where the country stands internationally and to monitor changes, especially over the long term. Funding, human resources, access to higher education, pass rates, qualifications, integration of graduates into working life, student life, research in biotechnology or nanotechnology, participation in FP7, publications, patents, etc. - all these topics are covered in the 35 fact sheets that make up the 4th edition (2010) of this work.
NR 06.02 - L'externalisation de la R&D : quel arbitrage entre sous-traitance et coopération ?
SIES A2.2,SIES A2.1
Parmi les entreprises externalisant leur recherche, deux tiers ont au moins une relation de coopération ou de sous-traitance en recherche et développement. Les stratégies de coopération sont les plus répandues ; la sous-traitance concerne plutôt les domaines de l'approvisionnement, de la production et de la distribution. La coopération ou la sous-traitance permettent l'accès aux compétences et moyens techniques nécessaires à la création de nouveaux produits ou procédés. L'externalisation de la R&D concerne surtout les entreprises à dépenses de R&D élevées et dans les secteurs de haute technologie. L'appel à des partenaires extérieurs relève du manque de compétences internes dans le domaine de la R&D. Les partenaires sont d'abord choisis pour leurs moyens techniques, les critères de marché s'appliquant plus fréquemment aux sous-traitants. Les relations de sous-traitance sont donc plus sensibles aux prix, aux certifications de qualité et à la proximité géographique. En revanche, les relations coopératives s'établissent plutôt avec des partenaires publics ou étrangers. Qu'il s'agisse de sous-traitance ou de coopération, les relations externes ont pour but la réalisation de nouveaux produits et débouchent rarement sur le dépôt de brevet ou de publication scientifique. Les relations de sous-traitance sont plutôt asymétriques et de plus courte durée.
French Ministry of Higher education, and Research and Innovation