Les publications statistiques d'Etienne Pfister (SIES A2.1)


NR 06.02 - L'externalisation de la R&D : quel arbitrage entre sous-traitance et coopération ?
SIES A2.2,SIES A2.1
Parmi les entreprises externalisant leur recherche, deux tiers ont au moins une relation de coopération ou de sous-traitance en recherche et développement. Les stratégies de coopération sont les plus répandues ; la sous-traitance concerne plutôt les domaines de l'approvisionnement, de la production et de la distribution. La coopération ou la sous-traitance permettent l'accès aux compétences et moyens techniques nécessaires à la création de nouveaux produits ou procédés. L'externalisation de la R&D concerne surtout les entreprises à dépenses de R&D élevées et dans les secteurs de haute technologie. L'appel à des partenaires extérieurs relève du manque de compétences internes dans le domaine de la R&D. Les partenaires sont d'abord choisis pour leurs moyens techniques, les critères de marché s'appliquant plus fréquemment aux sous-traitants. Les relations de sous-traitance sont donc plus sensibles aux prix, aux certifications de qualité et à la proximité géographique. En revanche, les relations coopératives s'établissent plutôt avec des partenaires publics ou étrangers. Qu'il s'agisse de sous-traitance ou de coopération, les relations externes ont pour but la réalisation de nouveaux produits et débouchent rarement sur le dépôt de brevet ou de publication scientifique. Les relations de sous-traitance sont plutôt asymétriques et de plus courte durée.
Ministère de l'Enseignement supérieur, de la recherche et de l'Innovation